samedi 3 janvier 2015

Extrait du catalogue de l'exposition, Retours de mer.


Extrait du catalogue de l’exposition, Retours de mer
Musée des Beaux-Arts de Dunkerque
Auteur de l’exposition : Jean Attali
Edition : DILECTA

 
Au large, au bord des îles, Charles Olson scrute son rivage et ses passes.


I, Maximus of Gloucester, to You

Off-shore, by islands hidden in the blood

jewels & miracles, I, Maximus

a metal hot from boiling water, tell you

what is a lance, who obeys the figures of

the présent dance

Charles Olson, The Maximus Poems.

 

Moi, Maximus de Gloucester, à Vous

 

Au large, au bord d’îles cachées dans le sang

miracles & joyaux, moi, Maximus

métal à blanc sorti de l’eau bouillante, vous dis

ce qu’est une lance, qui obéit aux figures de

la présente danse

[1]

 

Le Mur des objets océaniens, ainsi fut nommé l’alignement des lances, des massues, d’une pagaie, d’une hélice à requin, toutes venues de collections océaniennes conservées au musée d’histoire naturelle et d’ethnologie de Lille, au Muséum de Rouen, au Musée des Beaux-arts de Dunkerque, tous objets formant sur le mur, au long de trois salles en enfilade, un horizon étiré au-dessus et au-dessous d’autres pièces d’exception. Les objets de collection, pour la plupart de grande valeur du point de vue de leur signification anthropologique, s’y trouvent enrôlés par l’art. L’horizon « abstrait » reprend ses droits, il ne refoule plus aucun élan vers le lointain, il réunit sur sa ligne quelques uns des témoins – instruments, signes et emblèmes – d’une civilisation attachée à la mer comme aucune autre. Le peintre, le poète peuvent inviter à la table de leur art les commensaux nombreux que leur imagination a attirés à eux. Le musicien lui-même appartient à cette famille dont Peter Szendy esquisse l’une des généalogies, au nom de ce principe évolutif : écouter, c’est écouter l’autre écouter [2]. Devrait-on dire que, pour le peintre, regarder, c’est regarder l’autre regarder ? – comme dans La Tempête de Giorgione, où l’homme en pourpoint rouge regarde la femme nue allaitant son enfant tandis qu’elle-même regarde vers le peintre, c’est-à-dire vers nous-mêmes qui sommes face au tableau ? Le Mur des objets océaniens a été conçu comme une œuvre de peinture, l’accrochage muséal des objets prenant place sur le plan vertical de la paroi comme une ligne prolongeant l’horizon de Courbet. Une seconde ligne est mise en mouvement au fil d’une forme peinte en jaune pâle sur le mur, à l’image de la courbe que dessine la crête d’écume de La Vague ; ou de l’onde qui chevauche sur la mer en lui transmettant l’énergie des forces de l’univers. L’horizon sur le mur n’est qu’un trait d’épure, mais chargé de toute la puissance qui vient à l’art de son contact avec des objets exogènes. Et la constellation des petites enceintes acoustiques incrustées entre les œuvres dessine une lyre céleste, fait vibrer l’espace du son des voix, du violon et de la harpe. Mathieu Chauvin y compose en canon son dialogue avec le peintre Jean-Luc Poivret ; l’un et l’autre, en complices, entonnent leur propre ritournelle sur le thème des « Retours de mer ». Car l’art est fécond en transferts poétiques, en rapprochements imprévus, en rencontres promises ou manquées. Courbet eût mieux aimé Baudelaire s’il n’en avait été effrayé [3] ; Conrad croisa Rimbaud sur le port de Marseille [4] ; Charles Olson aima en Melville le baleinier, le poète shakespearien, l’Américain éperdu : « Quand on voit Moby Dick pour la première fois, écrit-il, il nage tel une colline de neige sur la mer. Pour Ismaël il est Jupiter, le taureau blanc nageant vers la Crète qui ravit l’Europe sur ses cornes : primitif, adorable, maléfique et blanc. » [5]

*

Christelle Mally étire sur le mur le dessin d’une figure blanche et primordiale : Crâne de cachalot (2013). On croirait cette tête tout droit venue des visions d’Herman Melville. Rien de plus imposant pour le physionomiste, écrit l’auteur de Moby Dick, que la tête du cachalot vue de face. Car « il n’a à proprement parler aucun visage ; il ne semble posséder ni nez, ni œil, ni oreille, ni bouche ; par contre son front large comme un firmament plein d’énigmes » touche au sublime. Quant à cette même tête vue de profil, « si sa grandeur ne vous frappe pas autant (…), vous apercevez nettement cette dépression horizontale, en demi-lune, qui, chez l’homme, d’après Lavater, est la marque du génie. » [6]  Des descriptions poétiques de Melville, il est impossible de reprendre la fantastique précision ni le lyrisme prophétique. Mais le dessin de Christelle Mally ne manque ni de cette obstination dans la création du détail ni du souffle qui attise les pouvoirs de l’imagination. Elle semble concentrer dans sa technique les caractères quasi théoriques que le romancier prête à la baleine. L’artiste, dessinatrice et sculpteure, utilise le fusain pour les grands traits du contour et de la forme anatomique, puis remplit le corps d’un tissu serré de cellules rondes tracées à la pointe d’un stylo-bille. Les méplats du crâne sont revêtus d’une résille faite à la fois de points réels et de mailles virtuelles. Le dessin obéit à une double logique graphique et plastique – comme en un équilibre discrètement rompu entre l’aplat et le modelé. On y voit des plans faits de centaines de cercles minuscules et accolés, mais structurés et rythmés par des files à peine plus serrées, courant dans le dessin comme des ruisseaux sur la plaine. Si l’ensemble formé par ces plans est rempli par le trait, sans manque ni recouvrement, il n’a rien toutefois d’une trame répétitive ou homogène : en dépit d’une écriture abstraite à première vue, il s’anime d’un imperceptible froissé, il semble avoir reçu l’empreinte d’un tissu vivant innervé et veiné. Cette dialectique interne au dessin fait songer à certaines des fulgurances de Melville lorsqu’il s’attache à distinguer la Vraie-Baleine et le cachalot. Lorsqu’il compare les têtes mortes des deux cétacés, alors qu’elles surnagent sur les flancs du navire baleinier, il déclare sa préférence pour le cachalot, plus complètement et génialement philosophique que son rival : « J’incline à penser que la Vraie-Baleine a été un stoïcien et le cachalot un platonicien qui aurait lu Spinoza dans les dernières années de sa vie. » [7] Qui saisira l’éclair d’une telle intuition ? Une dessinatrice peut-être, et qui aurait assumé dans sa propre syntaxe les alternatives profondes qui habitent la pensée.

Les crânes d’animaux rejetés par la marée servent à l’artiste de motif ou de support à un art dont le fondement vient à la fois des naturalistes, de la taxidermie et d’une inspiration reçue d’artistes du Cameroun (Bandjoun et Bamiléké), utilisant dans leurs statues ornées de perles les techniques domestiques ou rituelles des anciens royaumes. Deux sculptures précieuses attestent de cette complexe filiation : Masque d’oiseau et Oculus (2012). Le blanc osseux du support et le rouge du fin manteau qui l’habille excitent les contrastes entre les suggestions opposées de la carcasse déjetée et du joyau incarnat.

Près des oiseaux morts et rutilants de Christelle Mally, Les Marins (1981) de Raymond Picque, sont accoudés au bar, après le retour de pêche. L’artiste, né à Gravelines et habitant de Grand-Fort-Philippe, peignit toute sa vie les personnages de son village. Ici, le rouge intense de la toile dispense son énergie de feu, de vent et d’alcool ; sa couleur antagonique dénonce les conventions de la peinture de mer (le bleu, le vert, le gris). La couleur n’est vérité que de soi-même, ne lui cherchez donc pas d’autre sens : voyez seulement ce rouge courir de la surface du tableau au manteau de perles des sculptures d’oiseaux, et ricocher sur le mince habit venu d’Amérique du nord, un étroit tablier cache-sexe, brodé des mêmes perles et presque du même ton.

 

                                                                                                                     Jean Attali

1] Charles Olson, The Maximus Poems et Les Poèmes de Maximus, op.cit.

[2] Peter Szendy, Ecoute. Une histoire de nos oreilles, Editions de Miuit, coll. "Paradoxe", 2001.

[3] Cf. Franco La Cecla, Piero Zanini, Lo stretto indispensabile. Storie e geografie di un tratto di mare, Editions Bruno Mondadori, 2004.

[4] Cf. David Bosc, La claire Fontaine, op. ci.

[5] Cf. Alain Jaubert, Au bord de la mer violette, Gallimard, 2013.

[6] Charles Olson, Appelez-moi Ismaël, une étude sur Melville, Prétexte éditeur, 2013, p.114.

[7] Herman Melville, Moby Dick, op. cit.,p.459.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire