jeudi 5 mars 2009

Le dessin s’inscrit comme un moteur dans ma démarche artistique.
Une partie de mon travail de dessin s’oriente vers la représentation d’animaux en m’inspirant du squelette métallique. Ce sont des lignes de constructions pour mes dessins. L’animal naturalisé est traversé de fil de fer de différentes dimensions : le squelette. Le travail de recherche, de documentation, de photographie est effectué en amont dans les musées d’histoires naturelles. Ils sont des lieux privilégiés pour mon inspiration et l’évolution de mes projets. Mes premiers dessins sont des interprétations de mise en scène du vivant, de ce que j’ai vu dans les musées d’histoires naturelles. Le taxidermiste propose sa vision de la nature, mais il représente l’animal de façon générale. C’est l’ensemble des individus X qu’il représente dans un spécimen. L’homme intervient pour que l’animal passe de l’état de dépouille à une forme ressemblant au vivant. Cette interprétation est décalée, c’est un simulacre de la nature. J’ai dessiné des animaux emballés dans des plastiques. Ce travail découle des visites faites dans les réserves des musées d’histoires naturelles où les animaux sont répertoriés, rangés, emballés pour leurs conservations. Dessiner l’emballage transparent renforce cet état stagnant, cette phase d’attente. Le décalage entre l’objet mort et sa mise en scène s’est imposé à moi comme espace de recherche. « L’interstice ». Le dessin m’a amené vers l’aquarelle, l’acrylique et la peinture à l’huile. J’ai trouvé dans l’aquarelle un médium adéquat à mes attentes. L’aquarelle permet la diffusion des couleurs tout en gardant l’espace du dessin visible. Mes aquarelles représentent des corps d’animaux en décomposition. Ce travail est une interprétation de la décomposition des chairs animales dans son environnement. Les couleurs rouge, jaune, verte sont présente dans mes aquarelles et mes peintures ; ce sont des couleurs clés dans mon travail. Elles proviennent de scènes sacrificielles d’animaux ou plus exactement de résidu de sacrifices rituels, tels que je les ai vus au Mali. Je me suis intéressée aux sacrifices de bœufs pour les couleurs. La couleur rouge représente le sang, le jaune la graisse et le vert l’herbe contenu dans la panse de l’animal.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire